évolutions des populations jurassiennes

La population de grand tétras fait l'objet de suivis annuels durant la période du chant selon des protocoles scientifiques rigoureux, qui nous permettent d'évaluer la tendance d'évolution de la population. La technique de suivi la plus utilisée sur l'ensemble du massif jurassien est la méthode de suivi au chant par affût.

 

Jura

Variation des effectifs de coqs chanteurs sur 4 massifs forestiers du département du Jura de 1990 à 2012
Coqs chanteur dans le Jura

Doubs

Variation des effectifs de coqs chanteurs sur 4 massifs forestier du département du Doubs de 1991 à 2012
Coqs chanteur dans le Doubs

Ain

Variation des effectifs de coqs chanteurs sur 8 places de chant de la Réserve Naturelle du département de l'Ain.
Coqs chanteur sur la réserve naturelle

Variation des effectifs de coqs chanteurs sur 2 places de chant du département de l'Ain (hors Réserve Naturelle).
Coqs chanteur dans l'Ain

D'une façon générale, on constate qu'après une chute constante des effectifs, du début des années 90 jusqu'à 2003/2004, ceux-ci repartent à la hausse. On note l'arrivée générale de nouveaux oiseaux sur les places de chant, sans doute grâce aux bonnes reproduction des années caniculaires (2003, 2005, 2011).
Malgré l'augmentation des coqs chanteurs sur l'ensemble du massif jurassien on n'observe toujours pas de recolonisation des secteurs en périphérie ou l'espèce a disparue dans les années 80/90.


Evolution globale des effectifs
La méthode d'estimation proposée reprend celle utilisée en 1995. Il s'agit ici d'une méthode empirique, basée sur une estimation du nombre de coqs adultes cantonnés qui croise deux types d'informations : les comptages de coqs chanteurs sur les places de chant et la cartographie des domaines hivernaux.
Par convention, la population adulte est égale à deux fois le nombre de coqs adultes.
Cette convention postule un sex-ratio équilibré (autant de mâles que de femelles) ce qui est généralement vérifié dans les grandes populations. Cependant, elle ne prend pas en compte l'existence de populations flottantes peu cantonnées comme les jeunes oiseaux ou certains adultes ne participant pas au chant. Il est donc certain que l'effectif calculé de cette manière sous-estime systématiquement la population réelle.


Actuellement, la population jurassienne française de grand tétras est estimée à 350 individus. Entre les années 1950 où Couturier estimait la population à 700 individus et aujourd'hui, le grand tétras a disparu de 70% des communes où il était signalé. Bien que cette distribution devaient intégrer des secteurs où l'espèce n'était qu'occasionnelle, il n'en reste pas moins que le déclin apparaît impressionant.